22 janvier 2014

13ème page

aux quatre points cardinaux. Tout paraît immense et démesuré. Sauf les adultes qui émergent de la maison, pas plus grands que des soldats de plomb. Les trois jeunes garçons rient de bon cœur. Afin de ne pas laisser les deux petits seuls trop longtemps au niveau inférieur, ils abandonnent la cabane. Quelques instants plus tard, ils retrouvent le plancher des vaches et des adultes en promenade dans le parc. Edmond est heureux de retrouver sa mère, lien avec sa vie d'avant. D'un geste joyeux, Madame fait signe à la jeune troupe de... [Lire la suite]
Posté par Ph Guibaud à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 janvier 2014

12ème page

personne et encore moins ledomaine mais il n'hésite pas un seul instant à s'engouffrer dans les fourrés.Michel et Robert mènent la troupe. Les deux frères entraînent leurs cousins.Noémie n'est pas la moins téméraire. À sept ans, Paul suit plus difficilement.Edmond reste en arrière avec lui, regardant de part et d'autre. Mais les épaisfourrés l'empêchent d'avoir une vue très large du domaine. Les premierss'arrêtent au pied d'un arbre. Edmond lève le nez. Cet arbre immense luirappelle le Wellingtonia de la propriété de sa grand-mère.... [Lire la suite]
Posté par Ph Guibaud à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
20 janvier 2014

11ème page

temps de dire le Bénédicité. Madame le prononce en ayant une pensée pour tous les hommes concernés par la guerre, tant dans les camps de prisonniers que sur le terrain. Après une prière et un signe de croix, chacun se rassoit et Madame peut sonner Ernestine. Elle apparaît promptement les bras chargés d'un saladier rempli de légumes d’hiver provenant directement du potager. Vient ensuite un bouillon dans lequel surnagent quelques morceaux de viande. La bonne humeur est de mise autour de la table, malgré les circonstances. Les enfants... [Lire la suite]
Posté par Ph Guibaud à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
17 janvier 2014

10ème page

invités de Madame prendre un peu de repos avant le déjeuner.   Une cloche retentit. Quelques portes s'ouvrent puis se referment. Quelques pas bruissent dans le couloir. Comme tout le monde, Marie et son fils suivent le mouvement. Le déjeuner doit être servi. Ils descendent les deux étages et se dirigent vers la salle à manger aperçue en passant lors de leur arrivée. Le bruit de conversations s'intensifie. Edmond n'est pas rassuré à l'idée de découvrir un certain nombre d'inconnus. Sa mère, dans le même état d'esprit, se rassure... [Lire la suite]
Posté par Ph Guibaud à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
16 janvier 2014

9ème page

enfants, trouve les motsjustes pour obtenir un sourire franc de cette petite tête blonde, digne de cecher Jacques. Les présentations faites, Madame confie ses deux hôtes aux mainsd'Igor, cocher et homme à tout faire de la maison, et de Madeleine, la femme dechambre. Marie et Edmond peuvent s'installer dans leur chambre avant deredescendre pour le déjeuner. Ce sera l'occasion de faire connaissance avecl'ensemble de la maisonnée. Le convoi traverse une maison plutôt calme. Ilmonte deux étages. Comme au rez-de-jardin, un long couloir... [Lire la suite]
Posté par Ph Guibaud à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
15 janvier 2014

8ème page

forgé à deux grands vantaux. L'homme descend. Il se saisit d'une grosse clé pendue à sa ceinture, telle une montre à gousset. Une fois déverrouillés, il pousse l'un et l'autre des vantaux. Il remonte. Après avoir fait avancer les chevaux, il redescend pour verrouiller derrière lui le portail. Par la fenêtre, Edmond aperçoit une maison. Elle lui paraît beaucoup plus grande que celle de sa grand-mère. Marie lui demande de s'asseoir et de refermer la fenêtre. Il n'est pas convenable de se présenter chez des inconnus le visage par-delà la... [Lire la suite]
Posté par Ph Guibaud à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

14 janvier 2014

7ème page

l'affirmative. Tous les trois prennent alors le chemin de la sortie. Devant la porte de la gare, une magnifique voiture à cheval est attelée. Edmond la regarde avec curiosité et envie. Juste avant la guerre, il était monté à cheval avec son père dans la propriété familiale. Ils séjournaient dans ce havre de paix le week-end. Sa grand-mère l'avait abandonnée à la fin de l'année 1942 lorsque les Allemands en avaient fait une garnison. Seul, le couple de gardiens est resté pour surveiller, a minima, le comportement des Allemands. Ils... [Lire la suite]
Posté par Ph Guibaud à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
13 janvier 2014

6ème page

suspicion est partout. Chacun essaie de connaître les faits et gestes de son voisin. Pour vivre heureux, il convient de vivre caché. Depuis le départ de son mari Jacques, retenu dans un camp de prisonniers dans le sud de l'Allemagne, Marie s'est faite discrète. Ces derniers jours, elle a appris que sa belle-mère et son fils ont eu une vie plus active et plus dangereuse. La situation de la France est si tragique qu'elle ne sait quelle est la meilleure conduite à tenir. Le ralentissement du train, le tintement de la cloche annoncent... [Lire la suite]
Posté par Ph Guibaud à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
11 janvier 2014

Avis de Pierre H. sur Le Raisiné

Le Raisiné m'a accompagné avec un grand bonheur. Je l'ai dévoré. Il y a des livres que l'on a hâte de retrouver le lendemain, "Le Raisiné" en fait partie. Il est plein de suspense, bien écrit, avec des phrases courtes qui donne du rythme. La première partie, sur la période de guerre décrit bien l'atmosphère. La dernière partie tient en haleine le lecteur. Les personnages sont bien typés, on les voit. Pierre H.
Posté par Ph Guibaud à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 janvier 2014

5ème page

destination. Marie le remercie de cette information. Comme son fils, elle ne s'est jamais rendue à cet endroit. Ce sont des amis de Jacques et plus sûrement de sa mère. Mais Marie a été convaincue par Louise de s'y rendre. La description fut plutôt enthousiaste et encourageante. Mais Louise a sans doute enjolivé les choses pour convaincre sa belle-fille d'accompagner Edmond. Le train s'immobilise. Edmond se penche à la fenêtre. Il ne s'agit pas encore de la gare souhaitée. Un vieil homme descend. Personne ne monte. Le train reprend la... [Lire la suite]
Posté par Ph Guibaud à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,