Lorsque le blues vient certains soirs,

Elle s’assied devant son miroir,

Elle les voit toutes, elles sont bien là

C’est grâce à elles si elle est là

Elles sont dans le miroir des femmes

Elles brillent pour elle comme des flammes

 

La première qui vient est sa mère

Elle lui dit qu’elle est tel’ment fière

Et puis arrivent ensuite ses sœurs

Qui murmurent au fond de son cœur.

Grâce à elles, sa vie est si belle,

Elles seront toujours ses modèles.

 

Elle voit des femmes qui n’sont pas libres

Certaines visées par des calibres

Malgré les voix des suffragettes

Les vrais choix osés de Colette.

Toutes lui disent de parler,

De sublimer la liberté.

 

Depuis des mois, c’est la souffrance,

Et elle a pourtant de la chance.

Et si jamais elle veut pleurer,

Elle voit cette jeune fille rasée,

Qui n’a rien dit, n’a pas osé

Lui dire ce qu’elle a enduré

 

La vie est belle et chaque jour

Elle ne reçoit que de l’amour.

Et elle aimerait que chaque soir

Vous, femmes, veniez face au miroir

Découvrir comme vous êtes belle

Et écouter tous vos mots d’elles