Le soleil peine à se lever au sortir de la nuit,

Dans ce village déserté, seule une lampe luit.

Une toute petite fille veille, son oncl’ va venir.

N’emporter que le nécessaire, laisser ses souvenirs,

Plus rien ne la retient ici, les autres sont partis.

Elle espère vivre une autre vie, ailleurs… Elle est sortie.

 

Une journée sous le soleil, elle peine à avancer.

Elle voudrait retrouver sa mère, elle ne fait qu’y penser.

Et cette toute petite fille, elle voudrait s’arrêter.

Son oncle fait tout pour l’aider, il va même la porter.

C’est le tout début du voyage, combien de temps encore

Pour retrouver l’Humanité, pour changer de décor.

 

Mais qui pourrait la recueillir et qui voudrait l’aimer ?

Elle, une toute petite fille, qui a l’âme abîmée,

Qui a vu tant de ces horreurs, commis par des humains,

Qui sont toujours prêts à tuer, violer, couper des mains.

Comment construire un avenir avec ce lourd passé ?

Pourquoi devoir fuir sa maison et pourquoi tout laisser ?

 

Après des jours et des semaines, à marcher et errer,

Elle n’est plus une toute petite fille, elle est si effarée

De se retrouver dans une barque, entourée d’étrangers

Qui, comme elle, fuient tous les barbares et les autres dangers ;

A la recherche d’une vie meilleure, d’un autre continent

Prêt à bien tous les accueillir, les bras ouverts, donnant.

 

Ils sont heureux, ils sont vivants et ils sont arrivés

Sur ce nouveau beau continent qui les a fait rêver.

Mais la toute petite fille est parquée dans un camp,

Sans son cher oncle et sans argent, ses parents lui manquant.

Elle voudrait continuer sa route, trouver son avenir,

Mais personne ne veut l’aider, elle voit sa fin venir.

 

Alors poussée par une force, puisée au fond d’elle-même ;

Cette toute petite fille s’échappe, elle est bien blême.

Elle quitte ce triste pays, espérant trouver mieux.

Elle parcourt des routes, des prés et des tas d’autres lieux

Pour arriver prêt de chez nous, espérant nous trouver

Mais avons-nous le cœur ouvert, capable de la sauver ?

 

Cela fait déjà une année que cette toute petite fille

Vit dans le cœur et dans l’amour de sa nouvelle famille.

Elle n’a pas encore oublié ce qu’elle a traversé,

La haine qu’elle a endurée, l’indifférence blasée.

Lorsque je vois, chaque fois, des enfants malmenés,

Je vois ma toute petite fille à qui j’ai tout donné.