le poids de tels engins, Hercule et Néron ayant été contraints de quitter le domaine l'année précédente. Edmond caresse avec tendresse les trois museaux. Michel l’entraîne ensuite dans le hangar à voiture. Il reconnaît celle qui les a transportés jusque-là. Il a ainsi tout le loisir de l'observer de près. Michel, lui, s'est dirigé vers un engin beaucoup plus ancien et ne servant plus. Du coup, il en a fait son antre. Pour la première fois, il l’ouvre à quelqu'un d'autre. Edmond découvre tout un trésor. Mais Michel lui fait promettre de garder le silence. Il en sera donc ainsi. Les deux garçons s'installent face à face sur les banquettes quelques peu usées et enfoncées sous le poids de nombreux séants venus se poser pour voyager. Michel préfère encore garder secret ce qui est caché dans ses boîtes entreposées dans son carrosse, mais un jour il lui montrera s'il demeure fidèle. Ils ressortent et se dirigent vers le four à pain. Sur le fronton figurent les armoiries de la famille et la date de 1660. Edmond est sidéré qu'il soit encore debout et s'enquiert de son fonctionnement. Il ne sert désormais que le 15 août, fête de l'Assomption et tradition familiale de la fête du pain depuis de nombreuses générations. En son for intérieur, Edmond souhaite ne plus être là à cette date même s'il regrette déjà de ne pas vivre ce grand moment, surtout en ces temps troublés de la guerre.