personne et encore moins le
domaine mais il n'hésite pas un seul instant à s'engouffrer dans les fourrés.
Michel et Robert mènent la troupe. Les deux frères entraînent leurs cousins.
Noémie n'est pas la moins téméraire. À sept ans, Paul suit plus difficilement.
Edmond reste en arrière avec lui, regardant de part et d'autre. Mais les épais
fourrés l'empêchent d'avoir une vue très large du domaine. Les premiers
s'arrêtent au pied d'un arbre. Edmond lève le nez. Cet arbre immense lui
rappelle le Wellingtonia de la propriété de sa grand-mère. Michel présente le
Séquoia Sempervirent, repaire des enfants. Une échelle de corde permet
d'accéder aux premières branches. Une plate-forme en planche a été construite à
ce niveau. Dix mètres plus haut s'élève une cabane dans laquelle ne peuvent
grimper que les deux aînés. Noémie et Paul se contentent largement du premier
niveau. Dégourdi, Edmond emboîte le pas des deux frères pour atteindre leur
repère. Sportif et courageux, Edmond fait l'admiration de Michel. Son petit
frère, Robert, même s'il grimpe, paraît beaucoup plus timoré. La dizaine de
branches escaladées, Edmond pénètre dans la cabane. Le tronc immense occupe
tout le centre de la plate-forme demeurant pourtant assez vaste. Par les
ouvertures de chaque côté, Edmond découvre le domaine du Raisiné qui s'ouvre à
ses pieds, et au-delà les campagnes environnantes. Michel joue le rôle du guide
permettant ainsi à Edmond de repérer les écuries, le four à pain, le hangar à
bois, les diverses dépendances réparties